Argumentaire

Qualité de vie au travail

Alors que 62 % des travailleuses et des travailleurs québécois se disent satisfaits de leur situation au travail, seulement 42 % des personnes salariées du réseau de la santé et des services sociaux peuvent en dire ainsi.

Screen Shot 2014-10-28 at 20.27.48

Les nombreuses vagues de compressions dans les services publics ne sont pas étrangères aux problèmes de morosité au travail que nous constatons dans nos réseaux : augmentations des charges de travail et des cadences, dégradation des conditions de travail, stress, autant de facteurs qui minent notre qualité de vie au travail. Alors que 56 % de la population active québécoise se dit satisfaite de sa charge de travail, ce taux chute à 29 % dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Screen Shot 2014-10-28 at 20.27.54

Les conséquences de la morosité au travail sont nombreuses sur la santé physique et psychologique des individus : perte de motivation et d’engagement, augmentation du stress, dégradation de la cohésion sociale, etc. Les impacts sont également négatifs sur le rendement des équipes de travail : baisse de productivité, augmentation du risque d’erreur, accroissement du roulement de personnel, diminution de la qualité des services et… augmentation de l’absentéisme au travail.

Screen Shot 2014-10-28 at 20.28.00

Dans le milieu de l’éducation, des recherches de l’ENAP et de l’Université de Montréal ont permis de constater qu’un enseignant sur cinq présentait des symptômes d’épuisement professionnel chaque semaine. La SSQ rapporte quant à elle que 44 % des cas d’invalidité à long terme dans le réseau de l’éducation sont entraînés par des problèmes de santé mentale : épuisement professionnel, dépression, anxiété, etc. Au total, les absences prolongées coûtent jusqu’à 100 millions de dollars par année au gouvernement.

La situation n’est pas meilleure dans le réseau de la santé et des services sociaux : les coûts de l’absentéisme au travail, en augmentation constante depuis 10 ans, ont dépassé les 390 millions de dollars l’année dernière. Encore une fois, 40 % de ces absences sont dues à des problèmes de santé psychologique au travail.

Plutôt que de s’attaquer aux causes de ces problèmes de santé au travail, le gouvernement laisse les choses s’empirer. Nous croyons plutôt que nous avons des gains à faire, en tant que société, en améliorant la qualité de vie au travail dans les services publics.

Télécharger la brochure PDF en français ou en anglais

0
partages