Argumentaire

Les demandes du Front commun

Le Front commun déposait au Conseil du trésor ses demandes en vue du renouvellement des conventions collectives du secteur public le 30 octobre 2014. Cette page présente l’ensemble des revendications mises de l’avant dans le cadre de ces négociations.


Salaire

Qui voudra encore travailler dans le secteur public dans les prochaines années, alors que les conditions de rémunération y sont nettement inférieures aux autres secteurs de l’économie? Nous ne pouvons nous permettre de voir s’aggraver les problèmes de rareté et de pénurie de main-d’œuvre, déjà criants dans nos réseaux.

La demande salariale du Front commun vise à mettre un terme au retard salarial des employés du secteur public. Elle repose sur trois principes :

  • 2 % par année pour combler le retard salarial par rapport aux autres salariés québécois
  • 2 % afin de maintenir la parité salariale en cours de convention et de nous protéger contre la hausse du coût de la vie
  • 0,5 % pour bénéficier de l’enrichissement collectif du Québec.

En résumé, le Front commun revendique une convention collective d’une durée de trois ans, comprenant des augmentations de 4,5% par année.


Régime de retraite
Lors de la dernière négociation, nous avons procédé à une modification importante des dispositions du régime de retraite quant au mode de financement pour en assurer la pérennité, offrir une meilleure garantie quant aux prestations et stabiliser le plus possible le taux de cotisation. Nous avons également obtenu une modification de la formule de cotisation afin de la rendre plus équitable, et ce, tout en préservant les acquis des plus bas salariés.

Ces mesures s’inscrivent dans une perspective à long terme. Par ailleurs, le RREGOP se trouve dans une très bonne santé financière. Le Front commun n’a donc pas déposé de revendications relatives au régime de retraite, préférant laisser aux mesures adoptées le temps de porter leurs fruits.


Organisation du travail et qualité de vie au travail
Bien que certains enjeux ne fassent pas l’objet de demandes précises, le Front commun souhaite mettre à profit son influence afin de faire avancer certaines préoccupations. Le Front commun recherche donc un engagement ferme du Conseil du trésor pour qu’il envoie un signal clair aux tables sectorielles afin que celles-ci mettent en application des :

  • Solutions concrètes concernant la conciliation famille-travail-études.
  • Solutions concrètes concernant la réduction de la précarité.
  • Solutions à la sous-traitance et à la privatisation des services.
  • Protections contre l’érosion de l’autonomie professionnelle.


Disparités régionales
La question des disparités régionales est complexe et comporte de nombreuses dimensions : les difficultés d’attraction et de rétention, les droits de sorties, la question des dépendants, la formation en région éloignée, les secteurs, la disponibilité de logement, etc. Ce dossier est une préoccupation dans les réseaux de l’éducation, de la santé et des services sociaux et pour la fonction publique.

Le Front commun revendique :

  • Une révision à la hausse de la prime d’isolement et d’éloignement.
  • Pour la personne salariée qui subit un préjudice fiscal, lors du paiement ou du remboursement des frais de sortie encourus, que soit annulé l’impact de l’imposition sur les bénéfices reliés au travail dans les régions éloignées, notamment par l’inclusion d’une compensation équivalant à l’impôt payé.
  • Que les localités de Kuujjuaq, Kuujjuarapik et de Whapmagoostui soient intégrées au secteur IV.
  • Que la ville de Fermont soit incluse dans les localités bénéficiant de la clause d’enfant à charge pour les études post-secondaires


Graphique

0
partages